samedi 5 juin 2010

Libéria


Je sais que m'Afrique fait rêver certains, et que c'est un pays sûrement formidable, mais pour moi ce continent est synonyme de guerre, corruption, maladie, génocide, et j'en passe. Les safaris ont certes bonne réputation, mais il en faudra quelques uns pour faire changer l'image que j'en ai , et mes choix de littérature n'en prennent pas le bon chemin.

La trilogie de Jean Hatzfeld évoquait la tragédie des génocides du Rwanda en 1994. Ahmadou Kourouma raconte dans Allah n'est pas obligé la vie d'en enfant soldat au Libéria.

Etant assez peu portée naturellement sur la littérature africaine (Cf. le premier paragraphe), il était temps de s'ouvrir un peu à d'autres horizons. Et malgré les recommandations de mon excellente libraire, je ne suis pas pressée de recommencer l'expérience. Racontée à travers les yeux d'un enfant, l'histoire est certes émouvante, mais manque un peu de profondeur. Tout le monde connaît leur existence (il suffit d'avoir vu quelques blockbusters hollywoodiens comme Blood Diamond), il est dommage d'en savoir plus sur l'amont et l'aval. Je suppose que les choses se font malheureusement "naturellement" et qu'il n'y a donc pas de quoi s'étendre sur la question. J'aurais donc pu passer outre, mais le style m'a véritablement bloqué. Mélange d'africain, et de français, de nombreuses définitions sont données, ce qui interrompt totalement le récit. Je sais que c'est censé être écrit par un enfant -qui n'a pas été à l'école-, mais même si le dictionnaire est mon meilleur ami, je n'ai pas envie que l'auteur fasse directement la démarche pour moi.

Que dire donc d'Allah n'est pas obligé? C'est sûrement un livre formidable, mais snob comme je suis, le style m'a totalement rebuté, et m'a donc rendu désintéresséz de l'histoire (parce qu'en plus je trouve la chute beaucop trop rapide, à croire que l'auteur ne savait comment finir son récit). Je vais donc continuer à lire des auteurs non africains qui écrivent sur l'Afrique (un comble, je sais) -on citera l'excellent Disgrâce de JM Coetzee-, jusqu'à ce qu'on me fasse changer d'avis.

5 commentaires:

Thierry a dit…

Vous me semblez avoir beaucoup de préjugés négatifs sur l'Afrique.Mais sachez que l'Afrique ne se réduit pas à cela comme Paris ne se réduit pas au bois de Boulogne au à Strasbourg saint Denis.

Red addict a dit…

N'ayant jamais mis les pieds en Afrique, j'ai donc forcément des préjugés, passablement négatifs il est vrai, et probablement dûs à l'image que nous en donnent les médias.

Plusieurs personnes m'ont en effet vanté les mérites de l'Afrique, et j'espère donc en découvrir le charme, notamment par le biais de la littérature.

Thierry a dit…

Voici un lien intéressant sur la littérature africaine francophone:
http://gangoueus.blogspot.com/2010/03/bobs-2010-s-awards-chez-gangoueus.html

Pink Princess a dit…

Another great African writer who writes beautifully is Chimimanda Ngozi Adichie (her latest is a book of short stories)
Another book that has its roots in Africa is The Other Hand by Chris Cleave. That's a really good one!
Sorry,couldn't help jumping in with these writers who are really good!

Redaddict a dit…

merci! il ne me reste plus qu'à me metre au boulot...